• photo: dantheman

    Here we are...
    A la fin du cycle.

    Commencé il y a maintenant presque 3 ans, ce blogg n'a plus lieu d'être.

    J'ai enterré le dernier bracelet sur une plage du Pacifique.
    "Guess where I am... SANTA MONICA!!! Everything's gonna be different from now..."
    Cette histoire se termine donc aujourd'hui, ou hier ou avant hier, je ne sais plus.

    J'ai croisé l'auteur du Private Press dans un village du nord. Nous étions tous deux en train de farfouiller parmi les milliers de vinyls dans cette extraordinaire boutique qui vit ses derniers jours.
    Private Press est donc terminé aussi.

    Le vrai Dan The Man sera dépassé cette année par un autre génie du jeu, Brett Favre.
    Hall Of Fame. That's it!

    Dantheman - The Private Press s'achève donc aujourd'hui.
    Je n'efface rien. Tout y a un sens. Chaque article est une chanson.
    Happy ending donc au pays de B-Land puisque de fin il n'y en a pas. De commencement non plus d'ailleurs.

    Pour finir, la bombe de la rentrée qui a explosé sous mes yeux en plein festival samedi dernier :
    "M.I.A
    Third world democracy
    Yeah, I got more records than the K.G.B
    So, uh, no funny business"

    Album Kala de M.I.A à se procurer de toute urgence.

    Avant de cliquer une dernière fois sur "publier", j'aimerais souhaiter une longue vie à notre démocratie en danger. En effet, IL est toujours président et son ministère de l'immigration est enfin au niveau où on l'attendait : dans l'horreur absolue.

    Et n'oubliez pas :
    DANCE TO THE UNDERGROUND!!!


    6 commentaires

  • Je me doute très bien que l'association Max Roach/photo tuning est plus que bancale mais comme plus personne ne lit ces lignes...
    Ainsi, je m'interroge sur l'utilité de publier en ces lieux un article relatant ma longue future absence pour cause de congés. Je ne vous ferai pas l'affront de vous donner le programme de ces vacances, subtil mélange entre Thelma et Louise (avec des couilles), Wolfeboro, un clip de Tupac Shakur et une chanson de Manu Chao remixée par Anthony Kiedis.

    Vous êtes deux ou trois en ce désert virtuel qu'est devenu B-Land à connaître le pourquoi/comment/où de ce départ, et je tiens à vous adresser quelques messages personnels dans le désordre.

    - Réponds à ton portable, j'aimerais vous faire une biz avant de partir.
    - Je ferai attention dans les ruelles chaudes et étroites.
    - Josh t'embrasse.

    Pour ceux qui lisent encore ces lignes afin d'y trouver des idées pour leur mp3, voici les quelques morceaux que j'emporte avec moi en vacances :
    Yppah - Again with subtitles - Album "You're beautiful at all times"
    Hexstatic - Tokyo Traffic - Album "When Robots Go Bad"
    DJ Food - Compil "Now Listen Again!"
    Simian Mobile Disco - Hustler - Album "Attack Decay Sustain Release"

    Vous savez donc où me trouver.
    Je serai de retour en septembre parmi vous, zombies de la toile.

    GET THE FUCK OUT OF MY WAY!!!


    8 commentaires

  • La fin d'une histoire.
    Une aventure finalement jamais vécue à deux. Bloodstain...

    Je ne me rappelle jamais la date des débuts d'histoire, par peur de compter les années.
    Je me souviens parfaitement du contexte. Des odeurs orientales et des discussions trop chiantes qui nous avaient rapprochés.

    Puis, nous nous sommes fréquentés par "intermédiaires"...

    Jusqu'à ces étés 200? (je ne sais jamais!) de folie. Saison qui nous consacrait "Princes(se) de la Nuit". Qui devait sceller à jamais dans nos esprits les mains tendues.
    Chacun son tour. Se récupérer dans le caniveau, s'essuyer le cocktail larme/tequila/gerbe qui séchait sur nos joues, s'emmener sur les podiums, se jalouser les baisers de fin de nuit...
    Sans le savoir, nous nous amusions à nous éloigner.

    Construire. Partager. Echanger.
    Autant de verbe que tu ne pensais pas nécessaire.
    Tu veux dissocier les deux A, mais ils se construisent de la même manière.

    Ton pardon est inadmissible lorsqu'il néglige notre complicité.
    Trahir... sans le vouloir, mais trahir.

    Mon dernier signe d'amitié sera de te protéger de ma colère.
    Je t'efface...
    Bloodstain...

    Cause I built a home
    For you
    For me
    Until it disappeared
    From me
    From you
    And now it's time to leave and turm to dust...


    3 commentaires

  • Les soirées pluvieuses des jours fériés ont parfois des parfums exotiques.

    Bien sûr, un ti punch Trois Rivières transportera toujours n'importe quel amateur sur la plage paradisiaque d'une île; mais si se rajoutent à ce rêve une peau bronzée et une fleur sur un pied, le trip est divin.
    Nous les "garçons" possédons un creux au niveau des hanches sur lequel cette fleur pourrait se poser.
    Illustration parfaite d'un fantasme exotique ou simple remarque insignifiante pour commencer une conversation?

    J'ai marché sous la pluie. J'ai marché sur les pavés glissants du centre ville pensant trouver les doubles lettres. J'ai finalement rencontré des fuyants de la nuit. Ce genre de déesse dont la peau sent la vanille de bourbon. Ce genre de danseuse qui disparaît aussi vite qu'elle apparaît. Le cauchemar des noctambules...
    Ces créatures hantent la ville. Jamais au même endroit. Elles inventent les lieux. Font et défont les endroits à la mode. Dansent aussi bien sur Organic que sur Cerrone. Toujours de la même façon... Avec un sens du rythme que la quantité de cachaca ingérée n'altère jamais.

    Lorsque les grilles se baissent, elles migrent vers d'autres lieux dont elles ne donnent jamais le nom, allant pratiquer leur magie sur d'autres inconnus qui à leur tour resteront immobiles lorsqu'elles auront déposé un baiser trop près des lêvres.

    Il faut imaginer Sisyphe heureux - Albert Camus

     


    votre commentaire

  • Je l'ai enfin...
    Après des mois et des mois d'intenses recherches sur la toile, je viens d'acquérir le premier morceau de DJ Shadow.

    Il s'agit d'un vinyl (12 inch) de 1991 sur le label Hollywood Basics (sous-label de Hollywood Records).
    Sur la face A, un remix de Real Deal de Lifers Group, groupe de rap du début des années 90.
    Sur la face B, Lesson 4, premier single de Josh Davis (DJ Shadow) qui conduira James Lavelle à engager Davis sur le label Mo' Wax dont il est le fondateur. Label sur lequel il sortira In/Flux, son premier morceau reconnu.

    Il faut noter que ce vinyl n'a jamais été vendu car il servait uniquement de support publicitaire (promotional copy). Il en existe 800 exemplaires dans le monde.

    La face A est à mon avis assez anecdotique car le travail de Shadow reste minime par rapport à l'original. En revanche, la face B est un parfait teaser pour le reste de la carrière du légendaire DJ.

    Après le fabuleux set à la Brixton Academy de Londres du 16 décembre 2006 auquel j'ai assisté, je repars voir Shadow en live le 15 septembre au Treasure Island Festival de San Francisco, accompagné de son compère Cut Chemist.

    Insight, foresight, moresight
    The clock on the wall read a quarter past midnight


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires