• photo: dantheman

    Here we are...
    A la fin du cycle.

    Commencé il y a maintenant presque 3 ans, ce blogg n'a plus lieu d'être.

    J'ai enterré le dernier bracelet sur une plage du Pacifique.
    "Guess where I am... SANTA MONICA!!! Everything's gonna be different from now..."
    Cette histoire se termine donc aujourd'hui, ou hier ou avant hier, je ne sais plus.

    J'ai croisé l'auteur du Private Press dans un village du nord. Nous étions tous deux en train de farfouiller parmi les milliers de vinyls dans cette extraordinaire boutique qui vit ses derniers jours.
    Private Press est donc terminé aussi.

    Le vrai Dan The Man sera dépassé cette année par un autre génie du jeu, Brett Favre.
    Hall Of Fame. That's it!

    Dantheman - The Private Press s'achève donc aujourd'hui.
    Je n'efface rien. Tout y a un sens. Chaque article est une chanson.
    Happy ending donc au pays de B-Land puisque de fin il n'y en a pas. De commencement non plus d'ailleurs.

    Pour finir, la bombe de la rentrée qui a explosé sous mes yeux en plein festival samedi dernier :
    "M.I.A
    Third world democracy
    Yeah, I got more records than the K.G.B
    So, uh, no funny business"

    Album Kala de M.I.A à se procurer de toute urgence.

    Avant de cliquer une dernière fois sur "publier", j'aimerais souhaiter une longue vie à notre démocratie en danger. En effet, IL est toujours président et son ministère de l'immigration est enfin au niveau où on l'attendait : dans l'horreur absolue.

    Et n'oubliez pas :
    DANCE TO THE UNDERGROUND!!!


    6 commentaires

  • Les soirées pluvieuses des jours fériés ont parfois des parfums exotiques.

    Bien sûr, un ti punch Trois Rivières transportera toujours n'importe quel amateur sur la plage paradisiaque d'une île; mais si se rajoutent à ce rêve une peau bronzée et une fleur sur un pied, le trip est divin.
    Nous les "garçons" possédons un creux au niveau des hanches sur lequel cette fleur pourrait se poser.
    Illustration parfaite d'un fantasme exotique ou simple remarque insignifiante pour commencer une conversation?

    J'ai marché sous la pluie. J'ai marché sur les pavés glissants du centre ville pensant trouver les doubles lettres. J'ai finalement rencontré des fuyants de la nuit. Ce genre de déesse dont la peau sent la vanille de bourbon. Ce genre de danseuse qui disparaît aussi vite qu'elle apparaît. Le cauchemar des noctambules...
    Ces créatures hantent la ville. Jamais au même endroit. Elles inventent les lieux. Font et défont les endroits à la mode. Dansent aussi bien sur Organic que sur Cerrone. Toujours de la même façon... Avec un sens du rythme que la quantité de cachaca ingérée n'altère jamais.

    Lorsque les grilles se baissent, elles migrent vers d'autres lieux dont elles ne donnent jamais le nom, allant pratiquer leur magie sur d'autres inconnus qui à leur tour resteront immobiles lorsqu'elles auront déposé un baiser trop près des lêvres.

    Il faut imaginer Sisyphe heureux - Albert Camus

     


    votre commentaire

  • Je l'ai enfin...
    Après des mois et des mois d'intenses recherches sur la toile, je viens d'acquérir le premier morceau de DJ Shadow.

    Il s'agit d'un vinyl (12 inch) de 1991 sur le label Hollywood Basics (sous-label de Hollywood Records).
    Sur la face A, un remix de Real Deal de Lifers Group, groupe de rap du début des années 90.
    Sur la face B, Lesson 4, premier single de Josh Davis (DJ Shadow) qui conduira James Lavelle à engager Davis sur le label Mo' Wax dont il est le fondateur. Label sur lequel il sortira In/Flux, son premier morceau reconnu.

    Il faut noter que ce vinyl n'a jamais été vendu car il servait uniquement de support publicitaire (promotional copy). Il en existe 800 exemplaires dans le monde.

    La face A est à mon avis assez anecdotique car le travail de Shadow reste minime par rapport à l'original. En revanche, la face B est un parfait teaser pour le reste de la carrière du légendaire DJ.

    Après le fabuleux set à la Brixton Academy de Londres du 16 décembre 2006 auquel j'ai assisté, je repars voir Shadow en live le 15 septembre au Treasure Island Festival de San Francisco, accompagné de son compère Cut Chemist.

    Insight, foresight, moresight
    The clock on the wall read a quarter past midnight


    11 commentaires

  • Lendemains de fêtes.
    Nous avions fixé un rendez vous. Le genre de rencard auquel je me pointe toujours, sachant pertinemment, que la personne en question ne viendra jamais.
    Bingo! Fuckin' alcoholic!

    Et puis, j'arrive toujours en avance car les heures qui précèdent l'heure H sont inoccupées et inoccupables. Je me promets alors un Coca Light en terrasse mais commande un picon bière.
    "Trop de picon"! Putain de serveur Naast! Va couper tes cheveux!"
    Alors, je cherche le 16. Calcule le lever et le coucher du soleil. Le côté nord et le côté sud. Fais un détour.

    C'est l'heure.
    Comment font ils pour me reconnaître? Ils étaient tous en mousse hier soir, modèles d'un logiciel de morphing.
    - Bonjour! Comment vas tu?
    - alut. A va. (Les lendemains sont des journées avec le moins de consonnes possibles).
    - Un ti punch? Com' d'hab?
    - Aaaaaaaaaaaaaaaargh! Non! Une ière sans icon please.

    2M est là. Un sourire. S'en va.
    (Elle est quand même mal branlée la vie)

    2E n'est pas là.
    (Arf... Toujours oublier les rencards fixés les matins pendant que le videur gueule qu'il faut faire moins de bruit.)

    J'avale ma Heineken. Laisse la monnaie à la star de la veille. Je rentre. J'ai un livre à commencer (et terminer). Une histoire de koma...

    Message sur la route.
    "Ben alors??? Je t'attends moi..."

    La vie est une question de timing.

    You sure you want to be with me
    I've nothing to give
    Won't lie and say this lovin's best
    Well leave us in emotional pace
    Take a walk, taste the rest
    No, take a rest


    2 commentaires
  • 20 heures
    Je ne connais pas vos premières lettres.
    "Tu m'intrigues". Oui "tu". Le "vous" paraît inaccessible derrière cette masse de bois noir.
    Est-ce la couleur de tes (vos) yeux? Ton (votre) tatouage?
    Tu as parlé trop fort; les sauvages dans ton genre m'attirent terriblement. Mais je garde quand même les yeux rivés sur le pilon.
    Tes (vos) ti punchs sont délicieux.

    Give me something
    Give me silence
    Give me jokes, live it out with my peanut dreams.

    00h00
    Je veux en avoir le coeur net.
    Etre sûr que tes (tes) ti punchs sont délicieux. Et puis vérifier que tu te rappelles.
    Toi, tu te rappelles. C'est sûr. Tes yeux n'ont pas changé depuis tout à l'heure.
    E-----E
    Et toi? Pareil mais avec un A.
    Un A? C'est fou! moi aussi.
    Non, je ne peux pas. "Les californiens sont toujours sages pour le lendemain".
    A demain alors... Avec 2 E.

    Give me daylight
    Give me sundays
    Give me strokes with the folks and my peanut dreams

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique